Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sur le vif

photoblog journalier
aléatoire

  Petit compact, je suis un pur produit de l'ère numérique. tRioL, ma conductrice, a donné mon nom à toutes ses pages. De nos deux yeux, chair et verre, nous quadrillons les vies d'un quotidien.
En prédateurs sensibles... 

 

le joujou rouge peinture virtuelle 

Liens

 ! --> tous les liens
 

Publications photographiques
9 avril 2007 1 09 /04 /avril /2007 22:14

De : tRioL <triol@striol.com>
À : Jloupf
Envoyé le : Jeudi, 5 Avril 2007
Objet : question pour un champion

Jloupf !

Un petit mot rapide, car ton com d'hier, je ne sais pas l'interpréter.

Si tu veux on en parle.

Zib,

tR.

 

 

 

----- Original Message -----

From: Jloupf

To: tRioL triol@striol.com

Sent: Friday, April 06, 2007

Subject: Re : question pour un champion

Bonjour !
J'attendais ton e-mail...
C'est vrai, mon com d'avant hier peut avoir plusieurs significations.

Comme tu le sais déjà, je suis à Berlin depuis deux mois et demi déjà et je suis l'actualité française dans les journaux allemands ainsi que sur internet. Le débat politique est drôlement perçu à l'étranger... La presse se demande où sont passés les débats de fonds. Pourquoi, à deux semaines des élections les principaux échanges entre les candidats sont d'ordres personnels ? Il est vrai qu'en étant à plus de mille kilomètres de Paris, on prend du recul car on n’est pas plongé dans le bain quotidien des péripéties françaises. Je me demande alors : sommes-nous à ce point dépourvus d'arguments et d'opinion pour n'avoir comme seul moyen de pression que les attaques personnelles ?

J'ai peur de Sarkozy. Pourquoi ? Pour ses idées évidemment. Mais aussi parce que je sais que c'est un homme intelligent, un bosseur et un grand communiquant.

Dans le mail que tu as reçu et publié, environs 20 % des informations sont exactes (c'est-à-dire qu'elles sont parues telles quelles dans différents médias), la moitié est sans doute vraie encore faut-il aller vérifier. Quant au reste, je me demande bien à quoi peut-il servir.

Exemples :

1) La famille Sarkozy aurait fuit la Hongrie pour échapper au jugement des collaborateurs. (Vraie archives de la Stasi)
    - Qui a eu accès aux archives de la Stasi assez longtemps pour se renseigner sur les aïeuls Sarkozy de façon objective ?
    - La chasse aux collaborateurs a également eu lieu en France. Que cherchaient donc à fuir exactement les Sarkozy en quittant la Hongrie ?
    - Combien de familles françaises descendent aujourd'hui d'anciens collaborateurs ?
Ce serait un peu comme dire qu'aujourd'hui tous les allemands sont des nazis. Les générations passent et emportent avec elles - heureusement ! - les idées extrêmes. On ne peut pas reprocher aux jeunes générations les actes de leurs parents, séparons les choses.

2) Nicolas Sarkozy ainsi que certains de son entourage ont fait partie de mouvements d'extrême droite dans leur jeunesse.
    - François Mitterrand était Camelot du Roi à l'Action Française avant d'entrer au Parti Socialiste. Il distribuait une feuille de chou conservatrice, révisionniste et royaliste à la sortie des églises.
    - Lionel Jospin a fait partie du mouvement trotskiste ce qui est pour moi aussi dangereux que n'importe quel autre extrême.

3) Nicolas Sarkozy a mis en place une campagne de désinformation concernant le nuage de Tchernobyl lorsqu'il était délégué interministériel.
    - Qui était 1er Ministre à l'époque ? Jacques Chirac. Porte parole du gouvernement ? Alain Juppé. Nous avions d'autres arguments contre eux lorsqu'il s'agissait de débattre avec eux. On n’a rien de plus neuf à se mettre sous la dent avec Sarkozy ? Dans ce cas, acceptons que le cabinet de campagne de Nicolas Sarkozy rappelle que Laurent Fabius, éléphant socialiste rappelé à la rescousse par Ségolène Royal, a été poursuivi dans l'affaire du sang contaminé.

4) C'est à cause de l'insécurité mise en place par Nicolas Sarkozy que Jean-Marie Le Pen est arrivé au second tour en 2002.
    - La bonne blague ! Quel était le taux d'abstention en 2002 ? 28,4% soit le plus fort taux depuis au moins 1965. Rappelons qu'aux élections de 1969 faisant suite aux événements de Mai 68, aucun parti d'extrême droite n'était présent au premier tour. Le fait que l'insécurité profite au Front National ne s'est jamais avéré et c'est faire le lit des extrêmes que d'en affirmer le contraire. À force de le répéter, dans le climat actuel des choses (je ne te raconte pas le déchaînement de la presse étrangère suite aux émeutes Gare du Nord), les gens vont finir par le croire et c'est cela qui est dangereux. Nos arguments de doivent pas se retourner contre nous.

5) Sarkozy serait à l'origine du décès d'un jeune garçon en Corse.
    - L'information est un peu grosse pour que j'en fasse la connaissance par l'intermédiaire d'un mail dont je ne connais ni l'auteur ni les références et que j'en n'entende parler nulle part ailleurs.
    - Pourquoi la source de l'information (Corse matin) se situe après la phrase "un enfant s'est gravement blessé en randonnée et il est mort" et non pas après "il n'a pas pu être emmené aux urgences à temps, Sarkozy avait le seul hélicoptère de disponible" ? Ça me chatouille les méninges...

Quant à l'étymologie hongroise de Sarkozy, c'est rigolo. Le savoir nous donne sans doute l'impression d'être un peu plus culturé et nous permettra de faire rire une prochaine conquête nocturne lors d'un dîner mondain. Mais quel est le poids d'une telle information dans le débat politique public ? Cela ne risque-t-il pas de nous décrédibiliser ? On peut aussi s'amuser avec Royal, pourquoi pas ?

Ta cause est noble. Je pense qu'il est plus qu'important d'informer sur la dangerosité d'un tel homme. Mais je pense également qu'il faut utiliser d'autres moyens que nos adversaires à savoir la démagogie. Ce type d'information - tel qu'il est mis en forme, annoncé... - ne prêche qu'à des convaincus et n'éveille pas la mise en garde des indécis. Au contraire, il nous dessert. Si moi, qui combat de toute mes forces n'importe quelle forme d'extrémisme du haut de ma petite expérience, j'ai été capable de déconstruire la plupart des informations relatives à quelqu'un d'aussi intelligent, expérimenté et démagogue, imagine ce qu'il fait lui de ce type d'argumentaire. Il l'avale avec d'autres à son petit déjeuner. C'est en restant dans "l'à-peu-près" que nous perdrons.

De plus, je crois également que le fait d'associer l'image de Sarkozy ou de n'importe quel autre homme politique à celle des représentants de l'ordre, des représentants de la loi à savoir les CRS, mais aussi la police en général, l'armée, ces corps de métiers plus républicains que n'importe quel autre, est extrêmement dangereux. Cela risque d'aggraver les rapports entre la population et ceux chargés de les protéger contre n'importe quels dangers, y compris le despotisme. C'est comme associer l'image de nos parents à des monstres sanguinaires qui ne cherchent qu'à emmerder leur progéniture. Ce sont des idées adolescentes que la maturité a tôt fait de balayer. Il est tellement plus rassurant d'avoir la force publique à côté de soi, pourquoi tenons-nous absolument à la renvoyer du côté de nos adversaires ?

Tu vois, tout ceci a beaucoup trop d'importance pour figurer dans un commentaire.

J'espère ne t'avoir blessée d'aucune façon que ce soit. Et si c'est le cas je m'en excuse, cela n'est pas mon but. Je te livre simplement le fond de ma pensée.

Amitiés,
Jloupf

 

 

De : tRioL <triol@striol.com>
À : Jloupf
Envoyé le : Samedi, 7 Avril 2007
Objet : Re: Re : question pour un champion

Merci de cette belle réponse. J'avais pris le parti de livrer cet e-mail en l'état, sans n'y rien changer ni ôter (il n'y a que l'histoire étymologique du nom de Sarkozy que j'avais hésité à laisser -aucun intérêt- puis j'ai tranché : respecter jusqu'au bout ma décision de donner tel quel). Je n'y ai même pas corrigé les fautes d'orthographe, l'envie d'initier un débat n'étouffant pas celle d'alarmer, bien au contraire.

Dans l'ensemble, je te rejoins. Je rappelle juste - rapport à l'enfant décédé - que les soins de monsieur Sarkozy pour effacer toute trace de ses frasques sont efficaces. L'énergie déployée pour empêcher, par exemple, un livre de paraître ne peut même pas laisser présager celle que nécessiterait le gommage d'un drame aussi rédhibitoire dans une course électorale. Cela suffirait à expliquer l'absence officielle d’informations là-dessus. La véracité du fait ? Je ne sais pas. Je sais en revanche qu'il n'est pas à un mensonge près et qu'il a du tuer psychiquement déjà nombre de vies, ne serait-ce qu'en séparant des familles traquées par des CRS à la sortie des écoles et dans les files d'attente des Restos du Coeur (!).

Quant à l'image qu'ont les forces de l'ordre en France, elle ne date pas de Sarkozy et fait donc l'objet d'un autre débat, nous sommes d'accord. Cependant, on ne peut pas pour autant, sous cet argument aussi juste soit-il, passer outre que le candidat UMP voit pour la France un Etat répressif, soit policier. Ce serait ignorer l'essence même du danger qu'il représente. Aussi, mon image associée me paraît cohérente. Toi, tu fais partie d'une minorité qui sait réfléchir au-delà du dictat manipulatoire de la grosse machine. Que la France en soit là prouve, hélas, qu'il s'agit bien d'une minorité. C'est dire que la majorité est ignorante de ce qui se trame. Ignorante et amnésique. En dépit de sa présence mémorable à la manif anti-Le Pen, il y a 5 ans, ce fameux 1er mai 2002.

Permettrais-tu au joujou rouge d'offrir notre présent dialogue à ses promeneuses et promeneurs ? Ce dernier est heureux d'avoir initié l'intelligence de tes remarques. C'est, un peu aussi, quelque chose comme cela qu'il espérait... Une ouverture.

Amitiés,

tR.

 

(© Jloupf)

 

From: Jloupf

To: tRioL triol@striol.com

Sent: Friday, April 06, 2007

Subject: Re : Re : Re : question pour un champion

Faire partie d'une minorité est toujours flatteur mais nous confie dans ce cas précis une lourde responsabilité. Celle d'informer, d'éveiller l'autre aux risques qu'on encourt.

Alors publions. Oui, avec plaisir. Si c'est l'occasion de créer une étincelle dans l'esprit des promeneurs, de réveiller notre instinct de liberté et la voix qui sommeille en nous, alors peut être que demain nous ferons partie de la majorité.

Amitiés,
Jloupf

 

 

Repost 0
Published by tRioL - dans Opinion
commenter cet article