Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sur le vif

photoblog journalier
aléatoire

  Petit compact, je suis un pur produit de l'ère numérique. tRioL, ma conductrice, a donné mon nom à toutes ses pages. De nos deux yeux, chair et verre, nous quadrillons les vies d'un quotidien.
En prédateurs sensibles... 

 

le joujou rouge peinture virtuelle 

Liens

 ! --> tous les liens
 

Publications photographiques
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 23:22

francamessage

Franca Maï fé11 * coquelicots juin08

« Je suis partie aujourd’hui.

J’ai rejoins le soleil qui brille et la lune ricanante. Sachez que je vous protège de leurs clartés lumineuses :)

Je vous aime...

Fuck la mort

Franca Maï

13H18, un mercredi 8 février 2012 »

 

 

Franca Maï (1959-2012), ¼ vietnamienne, romancière et artiste, est née à Paris dans le xive arrondissement. Tour à tour vampire dans le film culte de Jean Rollin Fascination, terroriste dans le film de Dominique Chaussois Le moustachu ou Escort Girl dans le film de Renan Chiraux Première génération, Franca Maï a aussi produit, écrit et réalisé des films alternatifs pour résister à l'atonie ambiante du politiquement correct, diffusés dans des lieux insolites : duramen, cimetières, souterrains, etc. Elle est, notamment, la réalisatrice de L'An de mes II, court-métrage traitant du rapport entre une victime et son bourreau.

 

Écrivain, sa prose au scalpel est une invitation à décrypter les zones marécageuses de l'âme humaine. Fondatrice du webzine sans barbelés http://e-torpedo.net/, elle a partagé des écrits et des articles en creative commons.

 

Ses romans sont publiés au cherche midi éditeur, Momo qui kills (2002 ; +format poche), Jean-Pôl & la môme caoutchouc (2003 ; + format poche), Speedy Mata (2005), L'Ultime tabou (2006), Pedro (2007), L'Amour carnassier (2008) et Crescendo (2009). Egalement nouvelliste et poète, Franca Maï a griffé de nombreux recueils collectifs humanitaires : Le clochard ricanant, La dérive, Avec ma permission, L'oisillon décharné - dédié à Nathalie Ménigon - et Les repentis chantent faux - dédié à Cesare Battisti (Humanimal, éditions Archipel93) ; Jardin secret (le catalogue Vive la mode n°1) et La ligne blanche (revue CCAS infos n° 270).

 

Emportée sans anesthésie par un cancer le 8 février 2012, son inspiration, sa lucidité et ses multiples combats pour la liberté à travers échanges et créations, en dernière résistance face au rictus de la Faucheuse à laquelle elle répondait par ricanements, sont restés vivaces jusqu'au bout.


! site officiel --> http://francamai.net/ 

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires